Actualités
Vendeur d’un immeuble atteint de vice-cachés : peut-on se faire indemniser par une reconstruction à neuf ?

Vendeur d’un immeuble atteint de vice-cachés : peut-on se faire indemniser par une reconstruction à neuf ?

Publié le : 06/03/2020 06 mars mars 03 2020

En présence de vices cachés (ceux qui rendent la chose impropre à l’usage auquel on la destine), l’acheteur dispose classiquement du choix entre faire « annuler » (le terme est juridiquement impropre) la vente et récupérer le prix (action dite rédhibitoire) ou conserver la chose et obtenir une réduction du prix (action estimatoire), les deux étant prévus par l’article 1644 du code civil.

L’article suivant permet de demander des dommages et intérêts en cas de mauvaise foi avérée du vendeur parce qu’il avait connaissance du vice caché.

L’article 1645 du code civil est rédigé comme suit : « Si le vendeur connaissait les vices de la chose, il est tenu, outre la restitution du prix qu'il en a reçu, de tous les dommages et intérêts envers l'acheteur. »

Au regard de cette rédaction, dans la mesure où est évoquée la restitution du prix, on pouvait croire que cette indemnisation est liée à l’action rédhibitoire ou estimatoire.

La Cour de cassation a jugé que l’action en dommages et intérêts est autonome, ce qui signifie qu’elle ne nécessite pas l’obtention préalable de l’action rédhibitoire ou estimatoire. Ce peut donc être un choix de conserver la chose et de se faire indemniser sans passer par l’épreuve de la détermination du prix à estimer.

Dans une affaire portée jusqu’à la Haute cour, l’acquéreur d’une maison, manifestement ancienne, au prix de 98 000 €, a fait le choix de la seule action en dommages et intérêts de l’article 1645, et obtenu devant la cour d’appel un préjudice intégrant le coût de la démolition/reconstruction à neuf pour un montant total de 129 931 €.

Les défendeurs, au nombre desquels figuraient l’agent immobilier et le notaire, considéraient que la reconstruction à neuf dépassait le préjudice de la victime, qui avait entendu acquérir une maison ancienne. La Cour de cassation a approuvé la cour d’appel.

Ainsi, dans une telle situation, l’acheteur a le choix, compte tenu de l’autonomie des actions, entre abandonner son achat ou le conserver avec une reconstruction à neuf (à condition bien sûr que ce mode de réparation soit le seul à réparer le vice), même dans le cas où il avait projeté d’acquérir un immeuble ancien (avec le charme qui peut lui être attaché).

Nicolas SOUBEYRAND – Avocat au Barreau de LYON 

Source : Cass. 3e civ. 30 Janvier 2020, n°19-10.176

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.